accueil >Les activités précédentes >Le Maghreb des Films en novembre 2012 > Le MDF 2012 à l’IMA : la grille horaire

Le MDF 2012 à l’IMA : la grille horaire

A l’Institut du Monde Arabe, 13 films dans le cadre d’un partenariat avec le Maghreb des films

Tous inédits à l’exception d’un seul, documentaires et fictions, la programmation à l’IMA s’inscrit dans celle du Maghreb des films, avec des points forts comme la révolution tunisienne ou la naissance d’un nouveau cinéma en Algérie.

LA PAROLE LIBÉRÉE DU CINÉMA MAGHRÉBIN

Depuis quelques années déjà, les cinémas du Maghreb osent aborder des sujets qui fâchent : déclassement social et marginalité, exil, amour par delà les tabous, parole civile et politique tue, oppression de la femme… autant de thèmes longtemps occultés qui témoignent de la naissance d’une génération de la parole libérée. Les grandes envolées autocentrées sur un repli nationaliste ont désormais vécu et semblent bientôt appartenir à un passé révolu.
Cette nouvelle séquence 2012 du Maghreb des Films à l’IMA, traduit l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes auteurs, aux côtés de talents confirmés, tels ceux de Mohamed Zran (à qui sera rendu un hommage particulier) et de Nadia el Fani, lesquels ont opté pour une démarche documentaire, la mieux à même de rendre compte des enjeux de la révolution tunisienne.
Les cinéastes femmes ne sont pas pour rien dans cette avancée thématique et dans des écritures qui empruntent autant à la fiction qu’au documentaire, comme on le voit dans les remarquables « Sur la route du Paradis » de Uda Benyamina ou « En retard à l’enterrement de ma mère » de Penny Allen.
Autre émergence qui s’exprime, elle, dans un contexte culturel anémié, les collectifs de jeunes auteurs algériens qui inscrivent leur démarche hors des réseaux officiels et filment avec un souci de véracité et une volonté de revisiter le réel sociopolitique de la société dans laquelle ils vivent, pour en rendre compte d’une manière nouvelle.
Enfin, la part marocaine de la programmation confirme la vitalité du 7ème art marocain, remuant, elle aussi, thèmes et sujets qui interpellent.
Les 3 Luxembourg prendront le relais, à partir du 28 novembre, pour un dernier épisode du Maghreb des Films 2012, qui prolongera en une trentaine de films cette « radiographie » des sociétés maghrébine et de son histoire.
Mouloud Mimoun
Président du Maghreb des Films.

- Lundi 19 novembre 19h
Drari de Kamel Lazrak
39’- Maroc/France -2011 - Fiction - Inédit
Avec Ghali Rtal Bennani, Mohammed Rizqy, Nisrin Erradi
Casablanca, Ghali et Mohammed. Chronique d’une amitié entre deux jeunes hommes issus de milieux sociaux diamétralement opposés.

Sur la Route du Paradis de Uda Benyamina
43’ - Maroc – 2012 - Fiction- Inédit
Avec Madjouline Idrissi, Sanna Marouk, Yanis Siraj, Mounir Margoun, Miroslav Gulyas
Leila et ses deux enfants, Sarah et Bilal, ont quitté leur terre natale afin de s’installer en France. Sans-papiers, à la recherche de son mari réfugié en Angleterre, Leila souhaite offrir à ses enfants une vie meilleure et tente de survivre en les élevant dans la clandestinité. Alors qu’elle retrouve enfin la trace de son époux et dispose de l’argent nécessaire pour le rejoindre, l’étau se resserre.

VHS Kahloucha de Néjib Belkadhi
88’ - Tunisie –2008 - documentaire
Avec Moncef Kahloucha
Nejib Belkadhi suit le tournage d’un film amateur qui est l’œuvre de Moncef Kahloucha, peintre en bâtiment tunisien et fan de films de genre des années 1970. Il produit en amateur et sort en VHS des remakes loufoques de classiques du cinéma dans lequel il joue le rôle principal aux côtés des habitants du quartier populaire de Kazmet à Sousse.

- Mardi 20 novembre 19h30
Soubresauts de Leyla Bouzid
22’ - Tunisie –2012 - fiction - Inédit
Avec Bouraouia Marzouk, Mariem El Ferjani, Amira Chebli, Hamza ben Youssef
Dans ces grandes maisons vides de la petite bourgeoisie tunisienne, quand un drame survient, on le cache. Et c’est pour découvrir ce qui est arrivé à sa fille que Hayet recourt au mensonge.

Bruleurs de Farid Bentoumi
15’ - Algérie – 2012– fiction
Avec Samir Harrag, Salim Kechiouche, Driss Ramdi, Azzedine Benamara, Djanis Bouzyani
Armé d’une caméra amateur, Amine, un jeune Algérien, filme les traces de son voyage vers l’Eldorado.

Le Sac de farine de Kadija Leclère
100’ - Belgique/Maroc - 2012 - fiction- Inédit
Avec Hafsia Herzi, Smaïn et Hiam Abbass…
Alsemberg, décembre 1975, Sarah, 8ans, vit dans un foyer d’accueil catholique. Un jour, son père, qu’elle n’a jamais vu, vient la chercher pour passer le week-end à Paris. Mais c’est au Maroc que Sarah se réveille, dans une petite ville perdue dans les contreforts de l’Atlas où la seule scolarité qui lui est proposée est celle de l’école du tricot...
Le film sera présenté par la réalisatrice

- Mercredi 21 novembre 19h30
Fallega - 2011 de Rafik Omrani
52’ - Tunisie – 2011 - documentaire - Inédit
Premier sit-in du printemps arabe.
Apres le départ du dictateur Ben Ali en Tunisie, des jeunes de Menzel Bouzayane puis d’autres de Sidi Bouzid, Rgueb, Meknessi et des quatre coins de la Tunisie font une marche vers la place du gouvernement à la Kasba. Ils s’y installent pendant plus d’une semaine. Ils n’ont qu’une exigence : dissoudre le gouvernement provisoire et élire une assemblée constituante.

En retard pour l’enterrement de ma mère de Penny Allen
78’ – France - 2012 - documentaire - Inédit
Avec les frères et sœurs Zouhri
Tourné dans 3 pays sur une durée de 3 ans, le film est le portrait intime d’une famille maghrébine à la dérive, suite au décès de leur mère Zineb, célèbre trafiquante d’or et de bijoux. Au-delà de l’histoire familiale, le film met l’accent sur les identités transfrontalières, sur la figure tutélaire de la mère dans la famille arabo-musulmane, et sur l’influence des contextes politiques sur la vie des individus.

- Jeudi 22 novembre 19h30
Uzzu de Sonia Ahnou
22’ - Algérie –2012 - documentaire - Inédit
« Ce film a été pour moi une incitation à parler d’amour, une invitation à écouter. Avec quelques jeunes étudiants de Tizi-Ouzou, tenter l’expérience sous le regard de la caméra. Quels mots ? Quelle langue ? Que dire ? Que taire ? Qu’est-ce que l’amour ? »
Sonia Ahnou

J’ai habité l’absence deux fois de Drifa Mezenner
23’ - Algérie – 2011 - documentaire- Inédit
Drifa raconte l’histoire de son frère Sofiane qui a quitté l’Algérie en 1992 et qui vit toujours en Angleterre. Le film parle d’un présent ignoré et d’un passé refoulé, de l’absence, de l’exil intérieur, de ceux qui sont restés ici à attendre...

Les tortues ne meurent pas de vieillesse de Hind benchekroun et Sami Mermer
93’ - Maroc/Québec – 2012 –Inédit
Trois hommes âgés de près de 80 ans résident dans le nord du Maroc. Abdesslam, un musicien qui roule sa bosse à gauche et à droite et qui n’attend que le bon moment pour marier ses fils. Il y a Erradi, un aubergiste qui ne perd pas son sens de l’humour malgré les nouvelles technologies qui lui pèsent. Puis il y a Chehma, un ancien pêcheur qui s’arrêtera de travailler seulement si on l‘arrête. Trois destins au sein d’une région qui est loin de rouler sur l’or.

- Vendredi 23 novembre 19h
Même pas mal de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
66’ - Tunisie – 2012 - Documentaire - - Inédit
Les deux luttes que Nadia El Fani a menées pendant qu’elle réalisait son film "Laïcité Inch’Allah !". Sa lutte contre les extrémistes et les attaques violentes dont elle a été la cible et sa lutte contre la maladie. Deux combats qui se rejoignent dans une volonté très forte de vivre, de vivre libre. Pourquoi faire un film pour raconter les "conséquences d’un film" ? Cela me permet de continuer la lutte et de dire une fois de plus que « ceux qui vivent sont ceux qui luttent" (Victor Hugo).

Dégage de Mohamed Zran
96’ - Tunisie – 2012 – documentaire - Inédit
La révolution tunisienne "sur le vif" filmée par Mohamed Zran. "Ce long-métrage résume toutes les phases de la révolution de la dignité et de la liberté. Il s’agit, à mes yeux, d’une réhabilitation pour le peuple tunisien qui a milité et tenté avec des moyens simples et modestes de lutter contre la pauvreté et la marginalisation. Je l’ai voulu en hommage aux enfants de Sidi Bouzid, Kasserine, Thala, Regueb et biens d’autres régions tunisiennes démunies, depuis lesquelles s’est déclenchée la première flamme du printemps arabe".

Maghreb des films Du 7 au 20 octobre 2009. projections, débats, rencontres
Newsletter, abonnez-vous !