accueil >Les activités précédentes >Les newsletters > Lettre d’information du 2 mars 2012

Lettre d’information du 2 mars 2012

La première séquence du Maghreb des films 2012 commence le mercredi 11 avril aux 3 Luxembourg et s’achève le dimanche 15 avril : 12 séances et 19 films consacrés à un hommage à René Vautier,

Le thème marquant du Maghreb des films 2012 est la commémoration du 50ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

Cette année le Maghreb des films se déroulera en 3 séquences.

A Paris, les deux premières séquences de l’édition 2012 vont « coller » aux deux grands événements de 1962, le cessez-le-feu le 19 mars, l’indépendance le 5 juillet. Elles porteront sur la guerre de libération et les premières années d’indépendance.

En novembre la troisième séquence sera sous la forme maintenant habituelle des éditions du Maghreb des films : inédits maghrébins, documentaires, films TV, Web, etc., avec une partie importante du programme portant sur les années d’indépendance de l’Algérie et un hommage à un grand cinéaste algérien.

Le réseau de salles partenaires du Maghreb des films - une trentaine en 2011 en banlieue parisienne et en région - sera, comme les années passées, invité à établir sa propre programmation à partir de la sélection parisienne ou d’autres sélections.

Hommage à René Vautier, pourquoi ?

Concevoir une commémoration cinématographique du 50ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie ne peut se comprendre et n’a de sens qu’en commençant par rendre hommage à René Vautier.

Résistant à 15 ans, militant anticolonialiste à 22 (« Afrique 50 »), René Vautier ne peut qu’épouser la cause et la lutte du peuple algérien. Ce qui l’amènera à rejoindre dès 1957 Tunis, siège du GPRA. A la demande de M’Hamed Yazid, ministre de l’information, il y constitue alors le Service Cinéma, première étape dans l’organisation d’une cinématographie algérienne. C’est avec René Vautier que naît véritablement le cinéma algérien.

L’action militante de René Vautier se prolonge, aux premiers jours de l’indépendance, par la création du CAV (Centre Audiovisuel précédant le Centre National du Cinéma, fondé, lui, en 1964) qui produira les premiers films de l’Algérie indépendante : « Un peuple en marche » et « Des mains comme des oiseaux ».

Ainsi, de 1957 à 1964, René Vautier a-t-il, consécutivement, conçu un cinéma national, puis formé ceux qui lui ont donné ses premières lettres de noblesse et qui reconnaissent en lui le père fondateur du cinéma algérien.

D’autres luttes, sur d’autres fronts, mobiliseront ensuite le talent de cinéaste de René Vautier (l’identité bretonne, la cause des femmes, la pollution, les luttes sociales, le racisme anti immigrés, etc.),

L’idée générale est de mettre René Vautier en situation d’invité et de puissance invitante, à la fois, afin de donner à cette semaine de rencontres et de débat, un caractère familier, en dépit du sérieux des sujets qui seront abordés avec les différents participants.

Les films

Les films de René Vautier
- Afrique 50 - 1950 - 17’ : premier film anticolonialiste
- Chaîne d’or - 1956 - 14’ : des femmes de pêcheurs décident de mettre en commun leurs anneaux d’or pour les vendre et ainsi racheter des bateaux
- Algérie en flammes - 1957 - 25’ : La conquête de l’Algérie par la France en 1830
- Un peuple en marche – Film collectif - 1963 - 45’ : un bilan de la guerre d’Algérie en retraçant l’histoire de l’ALN, l’effort populaire de reconstruction du pays, après l’indépendance
- Avoir 20 ans dans les Aurès - 1972 - 97’ : Le 21 avril 1961, dans le massif des Aurès (Sud algérien), un commando de l’armée française formé d’appelés bretons affronte un groupe de l’Armée de libération nationale lors d’une embuscade … Une plongée dans les contradictions de la guerre d’Algérie autant que dans celles de l’âme humaine.
- La Folle de Toujane - 1974 - 130’ : Les itinéraires de deux amis d’enfance, Roger, instituteur, et Gwen, animatrice de radio. Le premier est en Tunisie pour « propager » la culture française.
- Techniquement si simple – 1982 – 18’ : Un technicien coopérant se remémore son "travail technique" lorsque, durant le conflit algérien, il installait des mines qui tuent encore de nombreux civils.
- A propos de l’autre point de détail - 1985 - 45’ : Témoignages à propos de la torture pendant la guerre d’Algérie d’Algériens (certains ont été torturées par Jean-Marie Le Pen) et de Français (Vidal-Naquet, Général de Bollardière, Paul Teitgen, Germaine Tillon ...).
- Vous avez dit : Français ? (avec Claude Manceron) - 1986 - 120’ : une autre histoire de France, celle des vagues d’immigration successives
- Déjà le sang de Mai ensemençait Novembre - 1987 - 70’ : Témoignages rares de personnalités connues, comme l’écrivain Kateb Yacine, ou de simples algériens qui s’expriment sur l’histoire commune de l’Algérie et de la France du temps de la colonisation
- Et le mot frère et le mot camarade - 1998 - 50’ : Peut-on écrire l’histoire en poèmes ? C’est ce qu’a tenté René Vautier, à la demande du Musée de la Résistance Nationale, avec l’aide de grands poètes (Aragon, Eluard, Desnos)

Films sur René Vautier
- Algérie tours détours - Leïla Morouche, Oriane Brun-Moschetti - 2007 - 114’ : Nous partons en Algérie en compagnie de René Vautier, cinéaste militant, considéré là-bas comme le papa du cinéma algérien. Son regard se conjugue à ceux de différents professionnels du cinéma, d’hier et d’aujourd’hui, et de divers spectateurs.
- L’homme de la paix : Entretien R. Vautier et Azzedine Meddour)

Films choisis par René Vautier
- J’ai huit ans - Le Masson Yann, Olga Baïdar-Poliakoff - 1961 - 8’ : Ce court métrage, tourné clandestinement pendant la guerre d’Algérie, est réalisé à partir de dessins d’enfants algériens recueillis en 1961 dans un camp de réfugiés en Tunisie.
- L’Aube des damnés - Rachedi Ahmed - 1965 - 100’ : Après l’Indépendance, un groupe de jeunes Algériens cherchent dans les livres, les musées, le passé des peuples colonisés de l’Afrique et de l’Asie.
- Le Vent des Aurès - Lakhdar Hamina Mohammed - 1966 - 90’ : Dans une Algérie colonisée par la France, au fin fond de la campagne (les Aurès), une mère cherche désespérément son fils raflé par l’armée française et incarcéré depuis plusieurs semaines
- La Montagne de Baya - Meddour Azzedine - 1997 - 106’ : En Kabylie, au début du siècle, un village entier doit fuir l’oppression française. Une femme, Baya, refuse l’affront d’une coutume

Divers
- Le Voyage de Maurice Thorez en Algérie - 1939 - 12’
- Autour du drame algérien – 1958 – 14’

Pour en savoir plus, lire les synopsis détaillés, rendez-vous sur les pages conscrées au Maghreb des films 2012.

Maghreb des films Du 7 au 20 octobre 2009. projections, débats, rencontres
Newsletter, abonnez-vous !